Les années passent et les mêmes combats sont toujours d’actualité, devons-nous laisser le marché dicter la façon dont nous devons consommer, est-ce que le libéralisme à tout crin est bon pour la santé, la planète, l’environnement ? Certes le marché c’est ouvert au monde, les importations/exportations ne se cantonnent plus au pays limitrophes mais au monde entier, il est donc devenu difficile voir impossible de prendre des mesures au niveau local, ce niveau locale reporte la faute sur le niveau wallon qui lui le reporte sur le fédéral qui lui dit que ça doit se jouer au niveau européen !

Chez Ecolo nous restons persuadés que des décisions peuvent et doivent être prises à tous les niveaux , même au niveau local, les élus politique doivent prendre leurs responsabilités en tant qu’élu pour le bien du plus grand nombre en incluant notre impact sur notre environnement, pour nous mais également nos enfants, nos petits enfants,…

Les derniers combats ont eu lieu au village d’Ambly et de Harsin, celui qui nous occupe à l’heure actuelle devrait se situer dans un Périmètre d’Intérêt Paysager (PIP) à Grune proche du verger appartenant à l’ASBL Grune pittoresque qui est visité régulièrement par les élèves de l’école de Grune ; ceux-ci utilisent d’ailleurs la récolte de pommes pour en faire du jus! De nombreux citoyens se sont regroupés pour se renseigner sur le projet de poulailler industriel et pour dire stop à l’industrialisation de l’agriculture par l’envoi de lettres de contestation (un peu plus de 120) à propos du projet lors de l’enquête publique qui s’est clôturée ce lundi 02 septembre. Dans ce petit village de 350 âmes où tout le monde se connaît et où l’esprit villageois est encore bien présent, il est difficile de se montrer contre ce projet car l’impact financier pour l’agriculteur est lié, tout le monde veut que nos agriculteurs puissent s’en sortir financièrement pour leur dur labeur ! il est néanmoins apparu que les récentes demandes de poulaillers industriels ne cessent d’affluer dans notre commune, alors que même le collège des producteurs et le Ministre Collin préconise un taux de 90 % d’élevage différencié (1)! Notre Bourgmestre ne semble guère en phase avec son Ministre8 Notre commune ne prône pas particulièrement l’élevage différencié qui est réclamé pas ses citoyens et qui est préconisé dans son propre programme d’élection communale! C’est pourquoi ces citoyens se sont regroupé en association sous le nom de « On est pas des pilons » et ont demandé (entre autre) l’intervention au niveau du conseil communal de DcM et de Ecolo.

DcM a déposé un moratoire, celui-ci n’a pas été concerté avec Ecolo car le groupe DcM ne voulait pas collaborer mais a préféré se référer au groupe Ensemble. Lorsque nous avons vu le texte déposé (dés qu’un texte est déposé il ne peut plus être retravaillé, sauf en séance où l’on peut demander des amendements au texte) notre conseillère Ecolo Véronique Burnotte à prévenu la conseillère DcM Charline Kinet du probable huit-clos que celui-ci allait entraîner, ainsi que de l’impact du moratoire si il était voté, celui-ci demande à la commune de ne plus se positionner sur ce genre de dossier pendant 2 ans MAIS le CoDT (Code d’Aménagement du Territoire) Art. D.IV.47. §2 dit ceci:

Lorsque le collège communal n’a pas envoyé sa décision au demandeur dans les délais visés aux articles D.IV.46, D.IV.62, §3, alinéa 2, et § 4, alinéa 4, la proposition de décision contenue dans l’avis exprès du fonctionnaire délégué vaut décision. Celle-ci est envoyée par le fonctionnaire délégué simultanément au demandeur et au collège communal dans les trente jours à dater du jour suivant le terme du délai imparti au collège communal pour envoyer sa décision. Le fonctionnaire délégué envoie une copie de la décision à l’auteur de projet. (2)

Le moratoire (3) a donc bien été débattu en huit-clos et il a été décidé de postposer ce point pour le prochain conseil communal, afin de permettre à nos conseillers de visiter un des poulaillers industriels de Mr Lamboray pour se forger une opinion plus objective!. Cette excursion va s’effectuer après une rotation, il sera donc difficile d’avoir une vision impartiale de l’exploitation, la vue de poussins et non pas de poulets entassés va probablement biaiser le jugement!

Le groupe Ecolo avait déposé 2 points lors de ce conseil;

le 1er point était de voter 1 charte agriculture tant que la nouvelle commission agriculture n’était pas effective, qui demandait au collège d’interdire tout nouveau projet de classe 1 mais également de limiter les projets de classe 2 à 20 000 volailles toutes catégories confondues et 1000 porcs maximum.

Ce point a été refusé par tous les conseillers, préférant attendre que la commission agriculture se mette un jour en place avec en son seing Mr Lamboray qui est le référent au niveau des élevages avicoles industriels dans notre région!

Le 2ème point était une information précise des ressources en eau de Grune car selon l’interview de Mr le Bourgmestre dans l’avenir du Luxembourg du 23/08/19 il n’y a pas à s’inquiéter car Grune est bien desservi en eau.

Lors du conseil, Mr le Bourgmestre n’a pu nous répondre et va donc demander à la Région Wallonne des précisions sur les quantités d’eau souterraine de Grune, la réponse fut plus difficile que dans les colonnes de l’Avenir du Luxembourg!

(1)https://filagri.be/wp-content/uploads/College-des-Producteurs-plan-de-developpement-strategique-2018-2027-aviculture-vdef.pdf page 37

(2)http://lampspw.wallonie.be/dgo4/tinymvc/apps/amenagement/views/documents/juridique/codt/CoDT_Fr.pdf

(3)https://www.nassogne.be/ma-commune/vie-politique/conseil-communal/ordre_jour_comptes_rendus_conseil-communal/convocationcc190902_avecannexes.pdf

Share This